Vdv #55 : Le vin contre-pied

Ce mois-ci, notre bicéphale buveur nous a proposé un thème très difficile pour les vendredis du vin : Le vin contre-pied. Je cite notre ami :

…j’aimerais que vous me trouviez votre plus beau vin « surprise ».
Un vin qui vous a dérouté, bu en aveugle ou pas, bluffé et qui vous a emmené loin de ce que vous pensiez connaitre.
En voyant l’étiquette, vous avez reconnu la région, le cépage.
Vous êtes en territoire conquis et vous savez à quoi vous attendre.
Et paf, rien ne se passe comme prévu. C’est une claque vinique, vous pensiez que le vin allait vous passer par la droite et c’est par la gauche qu’il vous atomise, vous laissant tout penaud, verre à la main et plongé dans la plus sympathique des hébétudes.
Un vin qui aurait pu jouer au Barça ou être acheté un paquet de millions d’euros par des qatari en mal de spectacle.

Waw, difficile de passer sur ce sujet… J’ai déjà goûté un vin qui jouait au Barça moi ? Sachant que je penche plutôt du côté du Bayern München (désolé), ça risque déjà d’être problématique non ?

Bayern-MunichUn vin contre-pied, le truc que tu sens qu’il va aller quelque part mais qui n’y va pas et te feinte, petit pont, roulette, contrôle et retourné acrobatique en pleine lucarne. Facile.

Après moult réflexions, je pense que mon vin contre-pied le plus mémorable a été le champagne Tarlant Rosé Zéro. Pourquoi contre-pied ? Déjà car c’est un peu un monstre champenois qui aurait mérité de jouer avant-centre du Stade de Reims à la finale de la Ligue des Champions en 1956 au côté de Raymond Kopa. Mais aussi car c’est un vin qui m’a radicalement scié à la première dégustation (et aux suivantes).

tarlant_rosé_zeroChampagne rosé est pour moi synonyme de corpulence, de rondeur. Un côté un peu plan-plan, tannique qui vous fait passer une viande blanche toute seule. Sauf que là… comment dire ? Je le voyais clairement par ici, et là, 5-4-3-0 paf pastèque, il m’a baladé sur des fruits rouges, soutenu par une fraîcheur et une vivacité sans nom. Scotché le Tom, balle au fond des filets, 4 partout à la 90e minute, Reims joue les prolongations et remporte la première Champions League de l’histoire après une prolongation d’anthologie.

reims_finale_champions_leagueLe voilà mon vin contre-pied, qui a su faire gagner l’espace d’un instant la première Ligue des Champions à la cité des sacres.

FacebookTwitterGoogle+PinterestLinkedInViadeoPartager

Articles sur le même sujet

  1. Pingback : Le vin contre-pied : Les vendredis du vin #55 |...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>